« SCIENCES PO, OBJECTIF 2013 » : EXIGEONS DES GARANTIES POUR LES ETUDIANTS !

Publié le par Confédération Etudiante Sciences Po

Avec la Confédération étudiante, participons aux prises de décisions !


La Confédération étudiante est le premier syndicat étudiant démocratique à Sciences Po comme au plan national. Réformiste et contre les forces de blocages, la Cé est une force de changement et de progrès revendiquant des valeurs de solidarité, de démocratie et d’Europe.


Indépendante des partis politiques, la Cé, ce sont des étudiants qui ont choisi de s’engager pour pouvoir participer ensemble à une formidable aventure collective !


C’est pourquoi, en moins d’un an, la Cé s’est imposée comme l’interlocuteur privi-légié des étudiants de Sciences Po. Chaque jour, de nouveaux étudiants adhèrent à la Cé pour participer aux décisions qui les concernent à Sciences Po !


« Sciences Po, objectif 2013 » : le changement oui, mais avec les étudiants !


À la Cé, nous souhaitons que Sciences Po devienne une université sélective de rang international qui puisse se mesurer aux grands noms européens. Sciences Po doit allier excellence et mixité sociale pour permettre la diversité des talents. Nous souhaitons qu’à Sciences Po les moyens soient à la hauteur des ambitions.


« Sciences Po : objectif 2013 », c’est le nouveau projet de réforme 2009-2013 annoncé par Richard Descoings le jeudi 27 novembre dernier.


La Confédération étudiante constate que ce projet s’inscrit dans une certaine vision générale de l’IEP. La compétition internationale dans l’enseignement supérieur exige d’investir dans l’intelligence tout en développant
la responsabilité sociale de Sciences Po.


Ce projet comporte de nombreux éléments qui vont changer Sciences Po et notre vie d’étudiants. Nous constatons un certain nombre d’avancées :
1)L’augmentation de 50% à 75% du montant des aides directes versées par Sciences Po.
2)L’amélioration des conditions d’études grâce notamment à l’acquisition de nouveaux locaux.
3)Le recrutement de 30 professeurs-chercheurs de renom.
4)Les efforts en matières de diversité : accueil des étudiants handicapés et contrôle de l’émission de carbone.

En revanche, nous exprimons certaines réserves :
1)La question des procédures d’admission est absente du projet.
2)Aucune nouvelle perspective d’ici à 2013 concernant l’insertion professionnelle des étudiants du master n’ont été tracées.
3)L’intégration des étudiants internationaux n’est pas évoquée.
4)Quelle information sera communiquée aux élèves des lycées concernant ce projet ?


Les étudiants ne sont pas hostiles au changement, mais nous voulons qu’il se fasse avec nous !


Exigeons des garanties pour les étudiants !


Nous regrettons que l’Etat ne veuille pas s’engager plus fortement pour Sciences Po alors qu’il ne cesse de vouer aux gémonies la performance. Le développement de Sciences Po à cinq ans nécessite donc la mobilisation
de nouvelles ressources financières. Il est prévu une augmentation des frais de scolarité (environ un doublement du montant par tranche) qui ne concerna cependant que les élèves nouvellement admis à Sciences Po à la rentrée 2009.


À la Cé, nous sommes attachés au système progressif des droits de scolarité puisque cela répond à une véritable demande de justice sociale, mais nous sommes aussi convaincus que la modération est également nécessaire pour que personne ne soit contraint de sacrifier ses études à cause de problèmes financiers.


Aujourd’hui, les étudiants ont leur mot à dire. Toute augmentation des droits pour les promotions étudiantes
futures doit s’accompagner d’une amélioration réelle des conditions d’études de Sciences Po. C’est la contrepartie indispensable.


Exigeons des garanties pour les étudiants !


TRACT RECTO  ET VERSO A TELECHARGER

Commenter cet article

Maxence 02/04/2009 16:08

le probleme est que la Cé ne se concentre plus que sur l'IEP et quelques facs. La Cé a connu une très forte croissance donnant un nouvel espoir à pas mal d'étudiants en portant des valeurs et en offrant un syndicalisme différent mais en raison des choix (catastrophiques) de ses dirigeants : Coudry en tête, la chute est terrible. Des bastions sont tombés, des équipes ont été découragé...Quel gachis....

Mathieu Albouy 27/02/2009 17:53

Bonsoir Antoine,Nous ne sommes nullement centrés sur l'IEP à la Cé. Il se trouve que ce site est consacré à l'IEP et donc n'a pas pour vocation de traiter des universités françaises qui obéissent à des systèmes et des enjeux différents. Toutefois si tu tiens à connaître les positions de la Cé à ce sujet tu peux consulter le site national en lien sur ce blog. Un dernier mot pour te conseiller d'éviter les appellations type "jaune" ou encore "social-traitre" qui ne grandissent pas ceux qui les font. Ne pas être dans une opposition totale sans nuance à la LRU est simplement honnete vis à vis des étudiants puisque nous ainsi que d'autres syndicats ont négocié des avantages concrets et des garanties pour les étudiants qui constituent des avancées. Cela ne veut pas dire que nous n'avons pas des revendications concernant les bourses insuffisantes, l'annulation des suppressions de postes d'enseignants et ne nous empêche pas d'être solidaire des enseignants chercheurs.

Oiseau de passage 24/01/2009 01:19

Bonsoir les camarades!Bon, il serait peut-être temps, chers camarades, de sortir un peu de la bulle iepienne et de réfléchir un poil sur les évènements présents. C'est bien beau Science-po, mais dès qu'on en sort comme moi dans des conditions quelque peu obscures (pour ne pas dire moins...) et qu'on se retrouve en fac, on prend conscience du fossé qu'il existe entre ce type d'établissement (grandes écoles) et l'université. Savez-vous par exemple que l'ARSH (bâtiment des départements histoire/musicologie/philo/histoire de l'art) ne dispose que d'un seul rétroprojecteur pour tout le bâtiment (quand il marche!)? Savez-vous que les étudiants de socio doivent imprimer une centaine de polycopiés à leur frais? Connaissez-vous la proportion élevée d'étudiant qui sont obligés de travailler pour financer leurs études (en piquant le boulot à des chômeurs par ailleurs...) sans parler de ceux qui se prostituent (oh! le vilain mot qu'on entendra jamais à l'iep...)? Savez-vous que 900 postes d'enseignants-chercheurs seront supprimés cette année sans parler de la réforme de leur statut? et la masteurisation de l'IUFM et le "plan Campus" qui a terme entrainera l'externalisation de nombres de personnels techniques et administratifs? J'en passe et des meilleurs...Réveillez-vous les mecs! (et les nanas...) Sortez un peu dehors et de votre cocon, sentez venir l'air frais du mouvement social s'annonçant. Vous avez peut-être encore une chance de ne pas passer pour des "jaunes" ou des complices de la rationnalisation économique de l'ensemble de cette société!A bon entendeurAntoine BERTRAND (ex 1ère année)