La Cé se félicite de la bonification du salariat étudiant, dans les propositions du Livre Vert

Publié le par Confédération Etudiante Sciences Po

Après 4 mois de concertations auxquelles la Confédération étudiante a activement participé, le Livre Vert sur la politique de la jeunesse a été présenté mardi 7 juillet à la presse. 


Lors de sa rencontre avec Nicolas Sarkozy le 23 janvier dernier, la Confédération étudiante avait interpellé le chef de l'Etat sur la nécessité de mettre en place des mesures immédiates en termes de financement de parcours et d'insertion professionnelle ainsi que de tracer des perspectives d'avenir innovantes pour les jeunes.


Des mesures immédiates qui répondent à l’urgence de la situation


Le contexte actuel de crises étroitement lié à la montée en puissance du chômage des jeunes pose un certain nombre de questions sur l'investissement de l'Etat pour sa jeunesse. 


Plusieurs propositions du Livre Vert apportent des solutions à des situations inacceptables dénoncées par la Confédération étudiante depuis plusieurs années. Augmenter le niveau de formation ainsi que le taux d'emploi des jeunes étant un enjeu majeur identifié, les propositions suivantes vont dans le bon sens:


-augmentation des bourses en nombre et en volume afin de permettre à un plus grand nombre d'accéder à une formation, notamment les classes moyennes exclues du système actuel.


-aide à la recherche du premier emploi avec un accompagnement et des ressources adaptées à cette période particulière de transition.


-portefeuille de compétences comme outil d’aide à l’orientation et pas comme nouveau dispositif d’évaluation.


-interdiction des stages hors-cursus 


-le développement de l'alternance, en particulier dans l'enseignement supérieur.


Des mesures de long terme qui méritent des expérimentations


Dès le début de la commission, la Confédération étudiante avait défendu un système à plusieurs niveaux, excluant ainsi la solution unique pour répondre aux besoins spécifiques des jeunes en ressources et estime ainsi que le dispositif universel  ne doit pas faire disparaître les aides déjà existantes, les bourses sur critères sociaux par exemple.


Pour la Confédération étudiante, la proposition d'allocation universelle contractualisée, attribuée sous conditions de ressources et de projet pourrait être une piste à creuser. Seulement, telle que présentée dans le livre vert, plusieurs données manquent, notamment la notion de contre-partie et de responsabilité partagée entre l'Etat et le jeune.
La commission n'ayant pas tranché sur cette question des ressources, la Confédération étudiante demande que les expérimentations à ce sujet soient mises en oeuvre et évaluées rapidement.


Victoire: bonification du salariat étudiant


Proposition phare de la Confédération étudiante, la bonification de chaque heure travaillée a été retenue par la Commission (comme proposition et pour expérimentation) afin de ne pas inciter les étudiants à travailler plus d'un mi-temps et pour qu'ils puissent cumuler emploi et études. En effet, 40% des étudiants travaillent pendant l'année universitaire et aujourd'hui, leur situation n'est pas assez prise en compte, ni par l'université ni par les employeurs. Pourtant, le salariat étudiant agit comme un levier d'insertion professionnelle durable.



Par ailleurs, la Confédération étudiante soutient le principe validé par la commission de soutenir tous les revenus des jeunes, grâce à un dispositif type rSa complément de revenu.



Enfin, la Confédération étudiante salue l'ambition des perspectives tracées pour la jeunesse et demande au gouvernement des avancées concrètes, au-delà des expérimentations nécessaires, pour répondre aux besoins urgents des jeunes, en particulier les jeunes les plus démunis.

Publié dans Actualités

Commenter cet article