Orientation, lien lycée / université, il faut aller plus loin !

Publié le par Confédération Etudiante Sciences Po

Lundi 21 janvier 2008, lors du CNESER - bilan d’étape de l’orientation active, la Cé a défendu l’amplification des dispositifs visant à encadrer le lien lycée / université afin d’améliorer un système d’orientation aujourd’hui en faillite.


Innover sur la base de piliers clairs en matière d’orientation

La Cé a soutenu un développement de l’orientation active basé sur l’innovation à conditions que l’expérimentation se fonde sur des piliers clairs en matière d’orientation. Il s’agit de prendre en compte :
- les envies, les aptitudes, les talents de chacun (les résultats scolaires ne peuvent pas être la seule variable déterminante)
- la nature des formations et de leurs débouchés professionnels
- enfin l’idée même que les choix faits ne sont pas irréversibles.

Une orientation éclairée et pas de sélection

Pour la Cé permettre à un lycéen de faire ses choix nécessite de lui donner des outils qu’il peut s’approprier par lui-même et de l’accompagner pour trouver la filière qui lui correspond.
- La Cé a insisté sur la nécessité de mettre en place des observatoires des débouchés dans toutes les universités et dans toutes les filières permettant à chaque lycéen de savoir réellement ce que sont devenu ceux qui sont passé par telle ou telle filière.
- La Cé a demandé que dans les lycées soit mis en place une commission « ad hoc » pour permettre à tout lycéen qui aurait reçu un avis « défavorable » par une université de pouvoir choisir et s’inscrire dans une autre filière

L’orientation se fait en continu, passer aux actes en matière d’insertion

Pour la Cé l’orientation se fait en continue jusqu’à l’insertion et nécessite : une découverte des métiers, des formations, et des chemins possibles, d’accompagner et encadrer le passage du secondaire au supérieur, de faire de la formation universitaire un tremplin vers l’avenir.
A ce titre, la Cé a obtenu que l’Université se dote d’une troisième mission, l’insertion professionnelle. Pour que cette mission devienne réalité, il faut que la puissance publique se dote d’un outil efficace et performant et propose dans cette logique la mise en place d’une Agence nationale pour l’insertion professionnelle des étudiants.

Publié dans Actualités

Commenter cet article