CNESER : unef-uni, le pacte intolérable du conservatisme !

Publié le par Confédération Etudiante Sciences Po

 

On avait depuis longtemps des doutes sur les connivences entre le premier syndicat étudiant en France (gauche) et la droite universitaire. Depuis aujourd’hui, lundi 20 septembre, nous en sommes certains, cela alors même que l’ensemble des forces progressistes s’unissent pour dénoncer la politique sécuritaire et la réforme des retraites.

 

En effet, lors de la première commission CNESER, le Conseil National de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, présidé par la Ministre de l'enseignement supérieure et où la Cé compte un élu, une fois venu le moment du choix des commissions (Section permanente, et commission scientifique permanente, le CNESER disciplinaire et le CA de l’ONISEP), le syndicat étudiant de gauche présidé par Jean-Baptiste Prévost a fait le choix de soutenir le corporatisme et la droite universitaire plutôt que de permettre à la Confédéraion Étudiante et au syndicalisme étudiant en générale d’être mieux représenté.

 

« Sarkozy est un délinquant » dixit hier soir Jean-Baptiste Prévost invité comme intervenant au meeting « Touche Pas à Ma Nation » organisé par SOS Racisme, La Règle du Jeu et Libération.

 

Sur les fac, l’unef c’est : « La casse des universités est organisée par le gouvernement de droite », « L’unef dénonce le double discours du gouvernement », « Le gouvernement fragilise l’université publique et mène une politique de régression universitaire et sociale », etc.

 

Dans le paysage politique, l’unef c’est aussi : Une bonne partie des militants du Mouvement des Jeunes Socialistes (MJS), Bruno Julliard Secrétaire National de Parti Socialiste, le parti de gauche, le NPA, et d’autre encore.

 

Dans les médias, l’unef c’est aussi : Les mobilisations contre les réformes injustes des gouvernements de droite, les blocages, les grèves, les manifestations, le symbole de la lutte des étudiants pour plus de justice sociale à l’université et dans la société.

 

Dans le texte, l’unef c’est aussi : Le progressisme, la lutte contre le corporatisme, la volonté de développer la société de la connaissance.

 

Mais quand la caméra ne filme plus, quand les stylos sont posés, les journées de cours terminées et la nuit tombée, l’unef pactise avec ceux qu’il annonce partout être ses ennemis: la FAGE et la droite universitaire.

 

 

Depuis 7 ans que la Confédération Étudiante dénonce cette situation intolérable, le CNESER d’aujourd’hui a montré à quel point Jean-Baptiste Prévost et l’unef en général ne sont rien de ce qu’ils paraissent être. En réalité c’est une organisation incapable de faire de la politique, manipulatrice, malhonnête, sans parole, sans honneur et sans conviction.

 

En effet, pour la troisième fois consécutive l’Unef s’est arrangé pour exclure des commissions la Confédération Étudiante désormais quatrième organisation (sur 5) au profit du corporatisme et de la droite. En permettant à la seule organisation étudiante de droite du CNESER de rester dans les commissions plutôt que de favoriser le syndicalisme face au corporatisme Jean-Baptiste Prévost a fait un choix politique au nom de son organisation. Il a délibérément choisi de porter secours à une organisation pro-gouvernementale.

 

En faisant ce choix, l’unef a décidé de mentir aux étudiants et de cracher au visage de ses adhérents. Car si en coulisse l’unef et l’uni s’associent, alors que signifie toutes ces insurrections contre la droite et le gouvernement ? Rien ! Absolument rien ! Les slogans, les tracts et les affiches ne sont que des mensonges qui n’ont pour seul objectif que de faire adhérer les étudiants à des campagnes démagogiques.

 

Le deal avec la droite montre clairement qu’au delà des mots et des assemblées générales l’unef ne cherche pas à gagner quoi que ce soit pour les étudiants sauf une image médiatique. Les revendications ne sont qu’une façade destiné à tromper l’œil sans réel intention de faire changer l’université et la société.

 

 

A l’heure où plus d’un 1,3 millions d’étudiants cherchent un logement. Où la rentrée n’a jamais été aussi chère et la précarité étudiante aussi grande. A l’heure où le gouvernement fait peser dans notre pays un climat de peur honteusement mis en place pour séduire l’électorat du Front National. A l’heure enfin où le chômage des jeunes n’a jamais été aussi préoccupant, l’unef choisi de s’associer et de soutenir une organisation étudiante qui tient régulièrement sur les campus des propos discriminatoires, tout cela au nom des divergences d’opinions qu’il existe avec la Confédération Étudiante,

 

Au delà de la honte qui pèse sur les adhérents et les responsables politiques de l’organisation, en faisant ce choix l’Unef trahit les valeurs syndicales, le mouvement social mais aussi les valeurs républicaines.

Publié dans Actualités

Commenter cet article