Les étudiants envahissent une agence de « vendeurs de listes »

Publié le par Confédération Etudiante Sciences Po

D’ici une semaine tous les étudiants Parisiens auront tous repris le chemin des amphis, cependant ils sont encore nombreux à rechercher un logement.

 


imagevendeurslistes.jpg

L’offre de logement publique étudiant est largement insuffisante : 160 000 pour 1,3 millions d’étudiants qui logent hors domicile des parents.  Les étudiants qui n’ont pas eu de logement au CROUS, n’ont plus qu’à chercher par leurs propres moyens. Site internet, petites annonce, agences… des loyers trop élevés, des clauses abusives (voir rapport de la DGCCRF), un véritable parcours du combattant.

 

Les étudiants deviennent alors la cible préférées d’arnaques en tous genres en particulier celle des « vendeurs de listes » qui chaque année touche des milliers d’étudiants surtout dans les grandes villes universitaires. Les « vendeurs de listes » sont des agences qui, de prime abord, ressemble à une agence immobilière. Le service vendu est de vous mettre directement en lien avec des propriétaires qui ont soit disant confié leur bien en exclusivité à l’agence. L’avantage ? Pas de frais d’agence et « aides suivies et personnalisées ».

 

Plutôt alléchant pour un étudiant aux moyens restreints et qui a repéré dans la presse gratuite de la ville ou dans la vitrine de l’agence des annonces du type : « Paris à 2 pas du quartier Montparnasse, studio/F1 meublé clair et ensol. 550€CC ac coin cuis., sdb, gardien, chauff. Coll. A ne pas rater ! »  

 

L’arnaque ?

 

On vous demande de signer un contrat avant même d’en savoir plus sur le logement et de débourser 250 à 450 euros pour recevoir une liste de biens en location. Une liste qui « ne correspondait pas à ma demande » témoigne Suzanne étudiante à Paris 1 , et qui n’a jamais trouvé de logement par cette agence. Engagée à la Confédération Etudiante, avec une quarantaine de camarades, elle sera au RDV du 25 septembre 2010 à 10h au métro jourdain, pour envahir une agence de vendeurs de listes, réclamer l’argent des étudiants arnaqués.

 

La Confédération Etudiante dénonce ces arnaques et interpelle le gouvernement sur l’urgence de mettre en place une politique d’accès au logement étudiant y compris privé.

 

La Cé demande :

 

- l’organisation des Etats Généraux du logement étudiant réunissant les acteurs concernés (gouvernement, CROUS, syndicats étudiants, bailleurs privés et publics…)

 

- la création d’un Espace Logement Etudiant dans chaque ville universitaire pour recenser l’offre de logements disponibles (publics, privés, colocations…)

 

- la construction massive de logements éco-responsables et économiquement accessibles dans le cadre du Plan Campus

 

- la rénovation et l’aménagement des logements vétustes

 

 


Commenter cet article