Réforme de l'examen d'entrée: Face aux idées archaïques, ce qui fait vraiment la valeur de SciencesPo.

Publié le par Confédération Etudiante Sciences Po

 

Intervention de la Confédération Etudiante au Conseil de Direction du 19 octobre 2009.



Nous débattons aujourd’hui d’une réforme de l’examen d’entrée à Sciences Po.

 

Deux conceptions qu’il faut aujourd’hui dépasser s’affrontent pourtant encore:


D’un côté, les partisans acharnés du concours républicain, ceux là même qui s’étaient engagés contre les Conventions Education Prioritaire estiment que le concours confère à Sciences Po toute sa valeur.


D’un autre côté, les défenseurs du  sacro-saint diplôme estime qu’il est la meilleure des protections pour les étudiants, alors aujourd’hui dans leurs tracts on lit que, parce qu’une université est de banlieue ou bien de province, elle devrait être éliminée de la compétition d’une fictive émission « Nouvelle fac. »

 

Qu’est ce qui fait aujourd’hui la valeur du diplôme de Sciences Po ?

 

 

Selon nous, plus qu’un débat sur la réforme de l’examen en lui-même, il y a bien plutôt un débat sur qu’est ce qui aujourd’hui fait réellement l’attractivité et l’excellence de Sciences Po.

 

 

Le seul concours d’entrée, ce n’est clairement pas cela qui permet aujourd’hui de donner aux formations de Sciences Po leur valeur. La sélection, ce n’est rien d’autre que de choisir les meilleurs sur une épreuve donnée ; diversifions les épreuves, nous aurons probablement des profils différents. C’est pourquoi, l’introduction d’une épreuve proche de l’examen du bac et d’un oral d’admission se justifie, notamment si l’on souhaite réduire les biais sociaux existants.

 

 

De la même manière, aujourd’hui les recruteurs comme les étudiants ne considèrent plus que c’est seulement le nom de l’Ecole, le prestige ou l’histoire d’un diplôme mais bien plutôt les compétences acquises qui permettent de trouver un emploi sur le marché du travail et de réussir son projet de vie.

 

 

D’abord, si autant d’étudiants se présentent à l’examen d’entrée, c’est bien parce que l’excellence académique de nos formations est reconnue. C’est d’ailleurs sur la constante amélioration des enseignements, en concertation avec les étudiants, qu’il est juste de s’engager.

 

 

"S’engager sur l’excellence académique et les débouchés des filières"



Ensuite, et c’est la première réponse qu’un étudiant d’université donne lorsqu’on lui demande pourquoi il souhaite rentrer dans un grand établissement : l’excellente insertion professionnelle, c’est-à-dire le taux de placement des étudiants à la sortie du diplôme. En effet, il est aujourd’hui connu de tous que les masters de Sciences Po permettent de trouver un emploi très rapidement. De même, l’existence d’excellente formations qui conduisent vers la fonction publique, explique en partie pourquoi autant d’étudiants tentent l’examen d’entrée.

 

 

En effet, dans une époque, où l’emploi privé fait douter, l’emploi public apparaît comme une alternative bien plus sûre.

 

 

S’engager sur l’excellence académique et les débouchés des filières, c’est ce qui permettra à Sciences Po de conserver son attractivité car si demain tout cela venait à disparaître, ce n’est sûrement pas un concours aussi difficile que faire se peut ou un diplôme aussi connu qu’il puisse être qui maintiendra Sciences Po dans le top du classement des universités à l’international.

 

 

Pour toutes ces raisons, j’apporte, au nom de la Confédération étudiante, un vote favorable au projet de résolution qui nous est présenté.

Commenter cet article